La vessie

Défaut de fonctionnement de la vessie

Défaut de fonctionnement de la vessie

Qu'est-ce que c'est ?

La vessie est le réservoir des urines qui sont fabriquées en permanence par les reins. Son fonctionnement est complexe car elle doit être capable de se distendre pour se remplir et de se contracter pour se vider. Elle est commandée par un système nerveux complexe.

La vessie hyperactive : Il peut exister des dysfonctionnements de ce système qui engendrent des défauts de remplissage pouvant se traduire par des phénomènes d’impériosités ou de pollakiurie (envies d’uriner très rapprochées pour de petits volumes) voire d’incontinence urinaire. On parle d’hyper activité vésicale. Cette hyper activité doit nécessairement être explorée par la recherche de son origine afin de ne pas omettre une éventuelle lésion intravésicale qui constituerait une « épine irritative » expliquant les symptômes.

Le traitement

En l’absence d’anomalie, on débute le traitement par des médicaments anticholinergiques qui diminuent la sensibilité et l’excitation de la vessie, ils en diminuent aussi les contractions et se traduire par une diminution de la force du jet.
En cas d’échec du traitement médical, il existe d’autres possibilités notamment la mise en place d’un boitier d’électrostimulation ou des injections intra vésicales de toxine botulique.
En savoir plus sur l'éléctrostimulation

Il convient auparavant de préciser l’ampleur du problème par la réalisation d’un calendrier mictionnel qui permet de connaitre le nombre de mictions jour et nuit, la présence de fuites, le volume uriné à chaque miction. Ce calendrier est réalisé par le ou la patiente à son domicile sur 3 ou 4 jours. Cela permet à votre urologue de décider de l’opportunité d’implantation de ce type de boitier.

calendrier mictionnel Cliquez ici pour télécharger le calendrier

La vessie hypocontractile

La vessie hypocontractile

Les défaut de vidange se traduisent par un jet d’urines faible, une sensation de vidange incomplète ou dans les cas extrêmes un blocage. Il faut alors rechercher un obstacle ou des problèmes d’ordre neurologique (Maladie de Parkinson…), dans certains cas il faut recourir à des sondages évacuateurs pluriquotidiens qui peuvent assez souvent être réalisés par le patient lui-même.

Cancer de la vessie / Polype de vessie

Cancer de la vessie / Polype de vessie

Les polypes de vessie sont dans la majorité des cas la lésion de départ d’une tumeur cancéreuse de la vessie. Dans certains cas toutefois il ne peut s’agir que de lésions bénignes ou peu agressives mais cela nécessite toujours des explorations afin de permettre un traitement précoce et conservateur.
En savoir plus sur le cancer de la vessie

Reconstruction de la vessie

Reconstruction de la vessie

Dans certains cas, quand la vessie dysfonctionne de manière trop invalidante, en cas de cancer de la vessie envahissant le muscle vésical en profondeur ou de polypes récidivants rapidement malgré les instillations, il peut être nécessaire de retirer tout ou partie de la vessie et de réaliser une reconstruction vésicale. En cas de cancer, il est préférable de retirer la totalité de la vessie. En cas de dysfonctionnement sans problème cancéreux, il est possible de garder une petite partie de la vessie pour réaliser une chirurgie d’agrandissement.

Ces techniques nécessitent d’utiliser de l’intestin pour constituer une poche à l’intérieur de la cavité abdominale. Le chirurgien prélève préférentiellement de l’intestin grêle (environ 60 cm sur les 4 à 6 mètres d’intestin grêle) ce qui ne perturbe pas le transit à terme qui se rééquilibre progressivement. Cette portion est ainsi exclue du circuit digestif qui est rétabli par une suture bout à bout. Cet intestin est ensuite détubulé et recousu de telle manière qu’il forme une poche qui servira de réservoir pour les urines. On appelle cela une néovessie. Le patient urine alors par les voies naturelles et vide sa néovessie en réalisant une contraction des muscles de son abdomen pour augmenter la pression dans son ventre et favoriser la chasse de l’urine.

Il est souvent conseillé d’uriner assis, penché en avant. Les premiers mois, l’intestin qui est utilisé pour la confection de cette poche fabrique du mucus qui est éliminé par les urines expliquant l’aspect trouble qui peut être observé, il est conseillé de boire de manière abondante, environ 2 litres par jour afin d’éliminer le maximum de mucus. La situation s’améliore ensuite progressivement.

Ordre: 
5
Contenu modifié le 21/05/15

Infirmerie Protestante

04 72 00 71 10

Polyclinique Lyon-Nord

04 72 01 45 09

Centre Hospitalier du Haut Bugey

04 74 73 10 13

Clinique du Parc

04 72 44 88 51

Principes HON / Mentions légales / Réalisation Ascomedia