Tumeur du rein

Tumeur du reinSi les tumeurs rénales sont aujourd’hui souvent décelées fortuitement à un stade infra-clinique, lors d’un examen d’imagerie réalisé pour une autre raison, leur découverte de plus en plus précoce a permis une évolution majeure de leurs modalités de traitement : préservation de la portion non tumorale, protection de la fonction rénale, survie sans risque accru de récidive.

Des lésions de natures différentes

La découverte d’une tumeur du rein constitue souvent une source d’angoisse chez le patient :

  • Est-ce un cancer ?
  • Doit-on nécessairement opérer ?
  • Quelles sont les implications d’une intervention ?

Il est donc nécessaire de préciser la nature exacte et la topographie de la lésion, ses rapports avec les structures vasculaires et les cavités urinaires, car la plupart des tumeurs de petite taille et à distance du hile rénal sont accessibles à un traitement conservateur, c’est-à-dire préservant le parenchyme sain.
En cas de doute sur la nature précise de la lésion, il est possible de réaliser une biopsie sous scanner ou échographie, pour analyse anatomopathologique.

  • une tumeur bénigne qui évolue et grossit sans envahir les structures adjacentes; elle nécessite un traitement en cas de symptômes gênants pour le patient ou de complication comme le saignement.
  • une tumeur maligne qui envahit progressivement les structures adjacentes avec un risque de progression ganglionnaire voire métastatique. Elle nécessite un traitement le plus précoce possible.

 

Vidéo montrant une reconstruction en 3D des images scanner d'un cancer du rein Droit (correspondant à la zone plus sombre et hétérogène vers le pôle inférieur du rein). Il s'agit là d'un rein unique à droite.

 

Des traitements sur-mesure

Chaque dossier fait l’objet d’une concertation pluridisciplinaire (RCP) avec les équipes de radiologie, d’oncologie et d’urologie, afin d’élaborer pour chaque cas, la meilleure stratégie possible.

Traitement N°1: la chirurgie

Son objectif curatif et son évolution constante valent à la chirurgie sa position de «traitement de référence».
La chirurgie mini invasive (cœlioscopie et maintenant cœlioscopie robot assistée), permet notamment une récupération plus rapide du patient opéré et assure l’exérèse de la lésion, son analyse anatomopathologique et l’évaluation des marges chirurgicales afin de s’assurer d’un traitement complet.
L’arrivée du robot chirurgical da Vinci®Xi™ à l’Infirmerie Protestante, permet par un système de «fluorescence» de visualiser la vascularisation du parenchyme rénal et ainsi limiter au maximum la souffrance par ischémie du rein sain en ne supprimant que la vascularisation destinée à la tumeur. (Voir la video)

Néphrectomie partielle

Traitement N°2: les techniques non chirurgicales

Réalisées en partenariat avec l’équipe de Radiologie, elles consistent en une destruction de la tumeur par congélation (Cryothérapie) ou par échauffement (Radiofréquence). Guidées par scanner ou contrôle échographie en temps réel, elles sont privilégiées chez les patients âgés et fragiles car elles n’impactent que très peu leur fonction rénale et permettent un bon contrôle de lésion.
Cependant, elles ne permettent pas l’évaluation précise des marges du traitement et ne sont donc pas à privilégier chez des patients jeunes et en bon état général. (Voir la video)

Traitement N°3: la surveillance

La surveillance périodique de lésion rénale est aussi une approche raisonnable chez les patients fragiles, présentant une petite lésion à faible potentiel évolutif.

Une vigilance accrue consiste, dans le cadre d'un post traitement, à effectuer une surveillance scannographique semestrielle les deux premières années puis tous les ans.
La collaboration médecin traitant/urologue est essentielle pour garantir au patient un suivi complet.

Dans les cas de cancers du rein évolués sur le plan métastatique: prise en charge ontologique (validée en RCP) en partenariat avec le Centre Léon Bérard (apport de molécules antiangiogéniques).

La collaboration étroite entre les différentes équipes, l’évolution des techniques et la rapidité de prise en charge sont déterminantes pour assurer à la fois le résultat carcinologique et le confort de vie du patient.

Contenu modifié le 02/07/15

Infirmerie Protestante

04 72 00 71 10

Polyclinique Lyon-Nord

04 72 01 45 09

Centre Hospitalier du Haut Bugey

04 74 73 10 13

Principes HON / Mentions légales / Réalisation Ascomedia