L'intervention

interventionPour la réalisation d’une résection de vessie, intervention consistant à réaliser l’ablation d’un ou plusieurs polypes de la vessie, l’entrée à la clinique se fait généralement la veille de l’intervention.

> Jour 0 : Il faut rester à jeun le matin en vue de l’intervention qui se déroule sous anesthésie générale ou rachi-anesthésie selon le choix convenu lors de la consultation d’anesthésie. En fin d’intervention, une surveillance en salle de réveil est réalisée de manière systématique. Vous serez alors porteur d’une sonde urinaire permettant le lavage de la vessie et évitant ainsi la formation de caillots. Au retour dans votre chambre le lavage continue à un débit qui est adapté par l’infirmière afin d’obtenir des urines rosées. Il suffit de peu de sang pour colorer rapidement en rouge un volume d’urine important. Bien que cela puisse paraitre impressionnant, il n’y a pas lieu de s’en inquiéter.

Après l'intervention

> Jour 1 : Le lendemain du geste le lavage est arrêté mais vous gardez la sonde urinaire pour s’assurer de l’absence de saignement résiduel. C’est alors à vous de réaliser le lavage en vous hydratant de manière abondante afin que le volume d’urine fabriqué par vos reins soit suffisant pour éviter la stagnation dans la vessie et la formation de caillot. Il est habituellement proposé de boire 2 litres et demi d’eau environ sur 24 heures.

> Jour 2 : Le sur-lendemain du geste, la sonde est retirée par l’infirmière dans la chambre sans difficulté après avoir dégonflé le ballonnet qui se trouve dans la vessie et qui maintient la sonde en place. Vous urinez alors par les voies naturelles quand votre vessie se remplit. Les premiers temps qui suivent l’intervention, vous allez ressentir des envies d’uriner plus pressantes en rapport avec les phénomènes de cicatrisation de la vessie. Cela entraine des phénomènes dits d’impériosité qui s’estompent progressivement et qui sont tout à fait habituels. Vous pouvez regagner votre domicile si les mictions sont satisfaisantes, un contrôle par une échographie de la vessie peut être réalisée dans le service au besoin.

Votre sortie

> Au retour à votre domicile : il faut poursuivre l’effort d’hydratation pendant une dizaine de jours suivant la sortie. Un phénomène de saignement secondaire peut être observé 15 jours à 3 semaines après le geste surtout en cas de prise de traitement fluidifiant le sang. Ce phénomène constitue ce qui s’appelle une « chute d’escarre » et est lié à la formation d’une « croûte » de cicatrisation interne qui s’élimine ensuite comme dans le cas de n’importe quelle plaie. Cela peut à nouveau teinter les urines et conduire à renouveler l’effort d’hydratation transitoirement. Ce n’est pas inquiétant et rentre dans l’ordre spontanément dans la majorité des cas.

Les prélèvements sont envoyés en analyse pour définir leur nature exacte.

La consultation de contrôle est réalisée habituellement un mois après le geste.

Contenu modifié le 11/07/15

Infirmerie Protestante

04 72 00 71 10

Polyclinique Lyon-Nord

04 72 01 45 09

Centre Hospitalier du Haut Bugey

04 74 73 10 13

Clinique du Parc

04 72 44 88 51

Principes HON / Mentions légales / Réalisation Ascomedia